A la une
Actualité Coronavirus sur Télégram
Suivez l'actualité sur le CoronaVirus


Communiqué du parti Lutte Ouvrière publié le lundi 28 septembre 2020 à 18:09

Editorial des bulletins d'entreprise - Les intérêts des travailleurs doivent s'exprimer !



Suppressions d’emplois, plans de licenciements, mises en faillite, fermetures d’entreprises : chaque semaine, des milliers d’ouvriers, d’employés, de techniciens et d’ingénieurs apprennent que leur emploi est menacé et d’autres prennent le chemin de Pôle emploi. Mais le coup de colère qui marque l’actualité, n’est pas venu des ouvriers de l’usine de pneus Bridgestone à Béthune ou d’Inteva, le sous-traitant automobile qui ferme une usine à Saint-Dié. Il est venu des patrons de cafés et de restaurants.

Mercredi dernier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé un nouveau tour de vis sanitaire imposant la fermeture des bars et des restaurants à partir de 22 heures dans de nombreuses métropoles et, à Marseille, leur fermeture totale pendant 15 jours. Le tollé des gérants a été immédiat.

À Marseille, l’annonce a fait l’effet d’un coup de massue pour beaucoup de bistrotiers et restaurateurs de quartier, déjà éprouvés par la période du confinement. Un coup de massue doublé d’un sentiment d’injustice car si le virus circule beaucoup, le problème à Marseille, comme dans d’autres régions, réside d’abord dans le faible nombre de places en réanimation.

Les hôpitaux sont sur le fil du rasoir déjà en temps normal et on a vu en mars-avril qu’ils étaient incapables de gérer un nouvel afflux de malades sans déprogrammer d’autres interventions. Mais en six mois, le gouvernement n’a rien fait, ne serait-ce que pour desserrer la pression habituelle, tant et si bien qu’avec une quarantaine de personnes en réanimation à Marseille, on est proche de la saturation !

De fait, les patrons de bars et de restaurants payent pour l’incurie gouvernementale. Oui, ils ont de quoi être en colère et qu’ils se battent pour défendre leur gagne-pain se comprend parfaitement !

Ces patrons petits et moyens connaissent des situations très variées. Certains possèdent un ou plusieurs restaurants à la réputation bien établie et sont de véritables bourgeois. Ils jouissent d’une situation prospère. Proches des notables, quand ils ne le sont pas eux-mêmes, ils savent pouvoir compter sur le soutien de l’État. Même s’ils ont la bouche pleine, on les entendra pleurer, parce qu’ils savent qu’ils en retireront toujours quelque chose.  

Mais ce qui se joue pour les plus petits, c’est-à-dire pour la grande masse des commerçants, c’est leur gagne-pain, la survie de leur affaire et l’avenir de leurs enfants. Pour échapper au chômage, beaucoup de travailleurs ont choisi d’ouvrir un petit commerce. Endettés sur des années, ils alignent des heures et des heures derrière le comptoir pour rentrer dans leurs frais. Ils s’enorgueillissent parfois d’être leur propre patron. Mais avant de se payer un salaire, quand ils s’en versent un, ils doivent payer leur propriétaire et leur banquier !

Et l’inquiétude va bien au-delà du secteur de la restauration. La crise économique et l’appauvrissement des classes populaires fragilisent depuis déjà des années toute une partie de la petite bourgeoisie commerçante.

Tout comme les ouvriers, ces petits patrons prennent la crise actuelle de plein fouet. Comme les intérimaires, les CDD ou les auto-entrepreneurs qui ont perdu leur travail, beaucoup se sentent menacés dans leurs conditions d’existence. Mais eux, ils donnent de la voix et ils se font en partie entendre !

Le gouvernement a rouvert les cordons de la bourse en assurant les cafetiers et restaurateurs que l’État couvrirait leur manque à gagner. C’est encore à voir, parce que dans cette société, ce sont toujours les plus gros qui tirent la couverture à eux, et plus on est petit, plus il faut se débrouiller seul. Le bras de fer est donc loin d’être terminé.

Mais cette fronde sociale démontre une fois de plus, qu’on a tout à gagner à dénoncer, à protester, à se battre. C’est le seul moyen de défendre ses intérêts. À Marseille, les gérants de café restaurants ont manifesté en criant «  On veut travailler  » ! Eh bien, les ouvriers de Bridgestone ou de Smart, les salariés de la Halle ou du groupe Auchan ont autant de raisons de crier la même exigence.

Que l’on se sente capable ou pas de faire reculer les multinationales et les licencieurs, il faut crier notre révolte. Licencier, aujourd'hui, dans cette période de crise, doit être assimilé à un crime ! La moindre des choses est de forcer les multinationales à préserver tous les emplois ! Pour travailler tous, il faut répartir le travail ! Que l’argent public serve à la création d’emplois dans les hôpitaux et les Ehpad !

Les travailleurs ont leurs intérêts à défendre. Les affirmer est la première étape pour se préparer au combat nécessaire.

Espace de publication:  Site national Notifié par communiqué de presse:  Affichage des images:  automatique Cet éditorial est une version différente de celle transmise à 18h: 

Brève - Prouesses techniques dans une société arriérée
Lutte Ouvrière (publié samedi 24 octobre 2020 19:51)
Brève - Nokia : ce sont des centaines de licenciements de trop
Lutte Ouvrière (publié samedi 24 octobre 2020 19:47)
Brève - Violences contre les manifestants au Nigéria
Lutte Ouvrière (publié samedi 24 octobre 2020 19:32)


Les communiqués proposés dans cette rubrique du site sont issus des sites publiques des différents partis politiques




Politologue sur les reseaux sociaux



Élections Régionales 2021 dans :

Aujourd'hui, mardi 27 octobre 2020, nous fêtons les Emeline
Demain, nous fêterons les Jude, Mona, Simon, Simone, Thaddee

Prochains anniversaires
Philippe de BeauregardPhilippe de Beauregard
55 ans C'est aujourd'hui ! Joyeux anniversaire Philippe de Beauregard !
Laetitia AviaLaetitia Avia
35 ans dans 2 jours
Franck de LapersonneFranck de Lapersonne
57 ans dans 2 jours

Derniers communiqués
UPR - Union Populaire Républicaine
Mais à quoi sert donc Jean-François Delfraissy ?
UPR - Union Populaire Républicaine (publié hier à 23:02)
Debout La France
Benjamin Cauchy sur Sud Radio
Debout La France (publié hier à 15:43)
Europe Écologie-Les Verts
Visite du Président au Creusot. Relance du nucléaire ? Non merci.
Europe Écologie-Les Verts (publié hier à 14:48)

Cours des monnaies
Dernier cours du 27/10/2020
1€ = 
1,18$
0,91£
124,14¥
1,07F

Prix des carburantsPrix des carburants et de l'essence du jour

Les derniers tremblements de terreTremblements de terre du jour